Volontaire

Laure a 23 ans. Elle se cherche. C’est dans la Marine Nationale qu’elle va trouver un cadre, une structure, des repères. Solide et persévérante, elle va faire son apprentissage et découvrir sa voie.

Comédie dramatique d’Hélène Filières

Avec Lambert Wilson, Diane Rouxel

France, 1h41

mercredi 4 juillet - 17h

vendredi 6 juillet - 21h

samedi 7 juillet - 18h30

mardi 10 juillet - 21h

Ce qui est beau dans le film d’Hélène Fillières, c’est l’apprentissage que son héroïne accomplit, regard clair et dents serrées, dans la voie qu’elle a choisie (à la stupéfaction de sa mère, une actrice célèbre) : la marine. Sans doute est-ce cette contradiction qui l’a, au départ, attirée : l’ordre après une adolescence forcément bohème. La force du rituel, aussi : c’est fou la ­liberté qu’il offre lorsqu’on sait s’en servir intelli­gemment.

On suit donc une à une les épreu­ves que Laure ­subit, et les obstacles qu’elle vainc. L’un d’eux, totalement inattendu, se révèle amoureux : ­l’attirance qu’elle éprouve, ou plutôt qu’elle exerce, sur un commandant quinquagénaire (Lambert Wilson). Au demeurant, c’est lui le plus troublé des deux, le plus gêné d’éprouver un sentiment, depuis longtemps oublié, pour une aussi jeune recrue. La réalisatrice suit avec sensibilité — un brin d’amusement, aussi — la progression d’un désir qui ne s’exprimera jamais, sinon par les regards, de plus en plus intenses, qu’elle et lui s’échangent, assis à leurs bureaux respectifs que juste une vitre sépare.

Pierre Murat, Télérama