The Bookshop (vo)

A Hardborough une bourgade du nord de l’Angleterre, en 1959 la vie suit tranquillement son cours, jusqu'au jour où Florence Green, décide de racheter The Old House, une bâtisse désaffectée pour y ouvrir sa librairie. Cela ne plaît pas à tout le monde, et en particulier aux notables du coin. Lorsque la libraire se met à vendre le sulfureux roman de Nabokov, Lolita, la communauté sort soudain de sa torpeur et manifeste une férocité insoupçonnée.

Drame d’Isabel Coixet

Avec Emily Mortimer, Bill Nighy

Royaume-Uni, 1h43

mercredi 16 janvier - 17h

mardi 22 janvier - 18h30

À Hardborough, à la fin des années 1950, Florence Green, une veuve de guerre, ouvre, non sans peine, une librairie dans la plus vieille demeure de la bourgade. Les notables n’apprécient guère le vent de nouveauté qu’elle fait souffler. C’est cependant la mise en vente du Lolita de Nabokov qui les fera définitivement sortir de leurs gonds. Mais tout doucement, sous cape. Car le film d’Isabel Coixet, adapté du roman de Penelope Fitzgerald, préfère jouer sa partition en sourdine. Il privilégie les sous-entendus, les non-dits et les sourires éteints. Pas grand-chose ne se passe dans cette ville, et non plus dans ce film. Et pourtant. Sous la surface bouillonne une vraie force mélancolique. Le film s’enivre de la poésie du « tout ce qui n’aura jamais lieu », qu’il s’agisse ici d’un amour disparu, d’un destin impossible ou encore d’une vocation refrénée. The Bookshopvaut pour son ambiance de bord de mer du Nord de l’Angleterre, à la fois froide, émouvante et corrosive, comme la société qu’il décrit, celle de l’après-guerre, traumatisée, entre tradition bien ancrée et volonté de changement frémissante, coincée dans un statu quo morne où la manipulation l’emporte sur la confrontation. Mais c’est aussi une ode à l’amour de la lecture et à la capacité des livres à anticiper la marche du monde, comme le Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, célébré dans le film, et préfigurant la fin de manière inattendue.  

Perrine Quennesson, Première