Razzia

A Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinées sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte….

Drame de Nabil Ayouche

Avec Maryam Touzani, Arieh Worthalter

France, 1h59

mercredi 11 avril - 17h

samedi 14 avril - 18h30

mardi 17 avril - 20h30

De ce tableau tout en tensions ressortent des visages filmés en gros plan, des individualités qui résistent : Hakim s’accroche à son rêve de chanter, Salima refuse d’être la recluse que son mari veut pour compagne. Liés par le goût de la musique, de la danse, ces deux personnages incarnent la révolte qui, dans un pays où les oppositions sont figées, pourrait devenir mouvement de foule, razzia… Des scènes d’émeute sur fond de nuit sombre, Salima émerge en figure de proue solaire, réconciliatrice. Maryam Touzani, qui a coécrit le film, donne à cette Marocaine sa beauté de tragédienne, mais aussi une douceur, une sensualité qui suggèrent une plénitude heureuse. Entre violence et apaisement, Nabil Ayouch la filme comme l’espoir retrouvé. Sa passion de cinéaste mais aussi de citoyen et d’homme soutient de bout en bout le film, son plus beau.

Frédéric Strauss, Télérama