Dogman (vo)

Interdit aux moins de 12 ans

Dans une banlieue déshéritée, Marcello, toiletteur pour chiens discret et apprécié de tous, voit revenir de prison son ami Simoncino, un ancien boxeur accro à la cocaïne qui, très vite, rackette et brutalise le quartier. D’abord confiant, Marcello se laisse entraîner malgré lui dans une spirale criminelle.

Prix d’interprétation masculine à Marcello Fonte au Festival de Cannes 2018

Drame policier de Matteo Garrone

Avec Marcello Fonte, Edoardo Pesce

Italie, 1h42

dimanche 30 septembre - 17h

lundi 1er octobre - 18h30

mardi 2 octobre - 20h30

Dressé pour tuer

Un drame humain âpre et amer, chargé de nihilisme, qui apporte une réponse féroce à l’avènement du populisme en Italie.

Dogman peut alors être vu comme le constat accablant que la sauvagerie la plus désabusée se traite par une brutalité identique et déshumanisante. Le film explore la métaphore animale jusqu’au bout, jusque dans un plan final signifiant, chargé de nihilisme. Mais c’est surtout dans l’interprétation politique que cette oeuvre choc prend tout son sens, puisque Matteo Garrone nous offre surtout à voir le peu d’alternative dont jouit le peuple afin de se libérer de l’asservissement d’un pouvoir fasciste. Est-ce la réponse du cinéaste aux récentes élections italiennes et à l’émergence au plus haut niveau du populisme ? C’est assurément grâce à ce message politique à peine dissimulé que Dogman est en lice pour la Palme d’Or. Le jury, qui ne compte aucun Italien dans ses rangs, y sera-t-il sensible ?

Julien Dugois, aVoir-aLire.com